vendredi 24 octobre 2014

Les Travaux de la "U 430"

"U 430", c'est un nom un peu barbare et surtout technique pour designer la voie de contournement du quartier de Saint Loup.
Monsieur Guy Teissier, président de Marseille Provence Métropole nous a convié ce matin à une réunion de chantier pour faire le point sur cette nouvelle voie.
C'est accompagné de nombreux techniciens , élus et CIQ, qu'il nous expose les différentes phases de ce chantier, pour nous emmener ensuite sur le terrain. Après avoir constaté que ce tronçon ne posait aucun problème de  réalisation actuellement, que ce soit sur le plan technique ou de l'impact sur les riverains ( les difficultés
 majeures ayant été réglées au fur et à mesure),
 il  rappelle que la U 430 n'est qu'une partie du renouvellement viaire de ce quartier, comprenant entre autres le Boulevard Urbain Sud, pièce maîtresse de cet ensemble.
Monsieur Royer Perreaut maire du secteur dira à juste titre « la U 430 n'est rien sans le Boulevard Urbain Sud ».
Effectivement nous ne pouvons concevoir un ensemble cohérent sans un Boulevard Urbain Sud qui aille a minima jusqu'à la ZAC Regny et même jusqu'au boulevard Sainte Marguerite pour desservir les hôpitaux sud  afin de permettre enfin à nos quartiers de se libérer  de ce flot de véhicules qui la thrombose.
 
 
 
C'est non seulement l'ensemble des concitoyens des neuvième et dixième arrondissements mais aussi tous les marseillais qui demandent avec insistance cette partie de réalisation du BUS, pour désenclaver la future ZAC et amortir, lors de sa réalisation , l'augmentation du nombre de véhicules induits par l'arrivée des nouveaux riverains.


mercredi 8 octobre 2014

Le Grand Bazar

C'est Monsieur Philippe Murcia concepteur et coordinateur du grand Bazar qui nous présente ce soir ce projet urbain ambitieux de l'après 2013. "C'est quelque chose qui n'est pas un énième festival, mais qui se tourne vers, et pour les Marseillais".
Pour ne pas laisser retomber l'effet 2013, Philippe Murcia propose deux semaines fin juillet de festivités sur près d'une cinquantaine de places marseillaises en réalisant ici et la une scénographie de rue et lance ce défit de valoriser les quartiers. Cette conception ne s'adresse pas qu'au centre-ville, mais aussi aux différents noyaux villageois. Inspiré de ce qui ce fait à Barcelone ou New York  pourquoi ne pas rapprocher ces villes dans le spectacle et améliorer le mieux vivre ensemble en permettant aux Marseillais de ce réapproprier les espaces publics.
C'est: "donner à rêver cette ville".

Pour aller plus loin cliquer sur la photo du grand Bazar.....

mardi 7 octobre 2014

Le Conseil d'administration reçoit l'élu à la propreté

Aujourd'hui, le conseil d'administration de la confédération recevait Madame Monique Cordier élue à la communauté urbaine chargée de la propreté, accompagnée de Monsieur Bardiza directeur de la DPU, dans le cadre de la charte de la propreté.
Après avoir rappelé que: « les choses ne sont pas faciles », Madame Monique Cordier insiste sur le fait qu'une seule direction gère la propreté, permettant ainsi de n'avoir qu'une adresse, pour la collecte de nuit et celle de jours.
Elle admet que certains "loupés" ont pu agacer les services et les concitoyens, mais qu'il faut par le dialogue arrivé à rétablir tout cela. Ce contrat local de propreté issu des différentes discussions dans le cadre du CLSPD est bien la priorité du président Teissier, du directeur adjoint Robin, et de Monique Cordier, représentant tous trois le comité directeur.

C'est vers les Marseillais que se dirige cette nouvelle charte, « on pourra mettre les moyens qu'on veut, le nombre de bennes qu'il faut et un cantonnier par rue, si les Marseillais ne nous aident pas et ne réduisent pas leur production de déchets, nous n'arriverons à rien. »
Oui, Monique Cordier donne le ton de la charte : « nous n'avons pas les moyens de faire tout cela, mais nous avons les moyens de travailler plus et de travailler mieux ».
Nous le comprenons bien, les Marseillais doivent changer leur comportement.
Depuis le 29 septembre nous sommes donc sur les nouveaux horaires de travail, sur trois nouveaux secteurs le 9/10 le 1/7 et le 6/8 afin de monter en puissance sur la totalité de la ville d'ici fin janvier.
Il ne s'agit pas de secteurs pilotes, mais simplement des premiers secteurs concernés. « Je veux faire une politique des petits pas, c'est-à-dire aller de l'avant et ne pas reculer» dit Monique Cordier, et c'est certainement très ambitieux.
C'est donc la concertation avant tout que Madame Cordier est venue chercher ce soir.
Puis c'est la présentation des deux volets, interne et externe, et de toutes les modifications qui en résultent. Toutefois Madame Cordier précise bien que ce contrat est évolutif dans le temps avec l'appui des mairies de secteur et des CIQ de façon à pouvoir l'adapter au fur et à mesure aux besoins de notre ville. Elle insistera sur le copilotage avec les mairies de secteur de façon à être au plus près des problèmes de chaque quartier.
C'est donc l'abandon de la politique de la réactivité. Jusqu'à présent les services réagissaient sur appel téléphonique, décalant les zones de travail en permanence, Monique Cordier voudrait que ceci cesse, et que le travail soit accompli en fonction de chaque charge, aux endroits nécessaires.
Puis c'est encore plus loin que nous emmène Monique Cordier, elle pense pouvoir réduire la longueur des tournées de collecte afin de redistribuer une partie du personnel vers le nettoiement et pour ceci il faudra que les Marseillais réduisent leurs déchets. « La propreté de Marseille passe par la réduction de la quantité de déchets, San Francisco se donne pour objectif en 2020 zéro déchet, pourquoi pas nous». Elle avance alors quelques axes: augmenter le trie des déchets, réduire les emballages, savoir mieux acheter, etc. "Nous avons la solution entre nos mains".
Madame Cordier rappelle que nous ne payons pas de redevance au poids, mais une taxe forfaitaire alors que les professionnels devraient quant à eux payer une taxe. Une refonte de la règlementation est d'ores et déjà entamé et pourrait par exemple aboutir à une modification des amendes afin de les rendre plus dissuasives, etc.
Sur ce sujet Monique Cordier expose quelques nouvelles pistes pour essayer de réduire les jets clandestins de gravats par exemple. A l'instar des particuliers qui bénéficient de la gratuité pour le rejet du premier mètre cube de gravats on pourrait proposer aux professionnels un quota annel gratuit puis payant  au-delà en fonction des quantités déversées, les incitant ainsi à profiter d'avantage des déchetteries.
Dans chaque secteur, chaque CIQ sera sollicité, pour identifiez les points noirs et en remonter l'information.



samedi 4 octobre 2014

Interview du président Jean marc CHAPUS

video
 
 
Voici le résultat de l'entretien avec Jean-Marc Chapus hier au sujet de la signature de la charte d'engagements réciproques.

mercredi 1 octobre 2014

Charte de Propreté, la suite

Suite à notre réaction le jour de la signature de la Charte sur le stand de MPM à la Foire et sur ce blog, nous avons reçu des compléments d’information de la part de la Communaute Urbaine.
En fait, la Confédération n’aurait pas été « oubliée » mais il s'agit d'un simple problème d’information et de communication.

La problématique étant différente pour les commerçants, artisans, entrepreneurs et pour les habitants, une Charte spécifique sera signée avec la Confédération Générale des Comités d’Intérêts de Quartiers.
Dont acte !